logo fondation université de Lyon
#hublofestival
Merci. Le formulaire a bien été envoyé. Vous recevrez bientôt des informations sur le festival.
Programme non disponible Le programme complet sera disponible d'ici peu. Merci pour votre compréhension!

Hublo Digital, le site du Digital pour les entrepreneurs sur Lyon et sa région. Hublo Festival, les jeunes entrepreneurs sur Lyon et sa région, talks, speakers

[Challenge de l’idée - Lauréats 2019-2020]

30 Juin 2020

News Hublo - [Challenge de l’idée - Lauréats 2019-2020]

Cette année a eu lieu l’édition 2019-2020 du Challenge de l’Idée, le concours régional de la meilleure idée porté par les PEPITE de Lyon (Beelys), Grenoble (oZer) et Clermont (CAP, Clermont Auvergne PEPITE).

Le Challenge de l’Idée est un concours gratuit, ouvert à tous les étudiants et créé sur-mesure pour que chacun puisse donner vie à ses idées. Différents temps sont proposés aux participants afin de les aider à élaborer leur idée : des “Apéros Créa” tout au long de l’année pour rencontrer des experts en créativité, apprendre à enrichir son idée et à l’exprimer en public, l’ID Shaker, une journée entière pour aller plus loin sur son idée et enfin un mur d’idées en ligne, tout au long de l’année, pour partager ses idées, s’inspirer et concourir aux prix des meilleures idées de la région.

Cette année un jury de professionnels a récompensé 6 étudiants pour leur idée « coup de cœur ».

Voici un petit aperçu des lauréats et des idées qu’ils proposent…

 

 

 

1e prix : JOKKO, Application pour louer des jeux de plein air grâce à des casiers connectés

Porteuse de l’idée : Mathilda PERRIER (Université Lyon 2) 

L’idée en quelques lignes :  https://challengeidee.fr/idee/jokko/ 

 

Qui se cache derrière JOKKO

L’équipe JOKKO : notre équipe est entièrement féminine ! Nous sommes 3 étudiantes - entrepreneures en dernière année de Master. Nous nous sommes retrouvées dans le même master spécialisé en innovation. Nous nous rejoignons donc autour d’une envie commune : entreprendre pour être acteur du changement ! C'est pour cela que nous avons décidé de nous lancer dans l'aventure entrepreneuriale en développant notre projet JOKKO ! 

Notre parcours étudiant : 

Océane Chauvat : Licence Economie-Gestion spécialisation marketing et communication à l'IAE d'Annecy. 

Johanna Larribat : Licence Economie-Gestion à l'Université Lyon 2.

Mathilda Perrier : Double licence Economie-Gestion / Langues Etrangères Appliquées à l’Université Grenoble Alpes.

Puis nous avons toutes fait le Master 1 et 2 Management de l'innovation à l'Université Lyon 2.

 

Quelle est votre idée, comment est-elle née ?

En résumé : Jokko est une application qui permet de louer des jeux de plein air grâce à des casiers connectés installés dans les lieux publics. 

Après nous être souvent retrouvées entre amis dans des parcs sans avoir pensé à amener des jeux, nous avons constaté que beaucoup d’aménagements sportifs restaient inutilisés par manque de matériels. C’est en se basant sur ce constat que l’on a vu l’opportunité d’améliorer l’utilisation de l’espace urbain. Nous avons trouvé la solution : installer des casiers connectés qui permettront de louer des jeux d’extérieur. L’aventure Jokko a commencé ! 

 

Comment avez-vous connu le Challenge de l’Idée et qu’est-ce qui vous a poussé à participer au concours ?

C'est lors d'un entretien avec Sandrine Collot (Chargée d'animation Beelys) que nous avons eu connaissance du Challenge de l'Idée. Nous avons souhaité participer au concours en vue de la journée ID Shaker, pour participer aux ateliers d’experts, rencontrer d’autres porteurs de projet, pour ne louper aucune opportunité de booster notre projet ! 

 

 

 

2e prix :  Les Décartonnés, Livraison et vente à emporter de pizzas zéro déchet       

Porteuse de l’idée :  Nina BARBAUD - Université Lyon 3

L’idée en quelques lignes : https://challengeidee.fr/idee/les-decartonnes/

 

Qui se cache derrière Les Décartonnés ? 

Nina : après une classe préparatoire littéraire (hypokhâgne khâgne), j'ai décidé de me spécialiser en faisant une L3 Aménagement du Territoire pour me préparer au mieux à un master dans le développement durable. Mes études ont été rythmées par mes engagements auprès de diverses structures ancrées dans les démarches d'économie sociale, locale et solidaire : remise à neuf de vélos dans une association, cuisine pour une cantine solidaire, mise en place du tri dans mon ancien établissement... et surtout un engagement personnel dans le zéro déchet.

 

Quelle est ton idée, comment est-elle née ? (Nina a participé au concoursCampus Créationen même temps qu’au Challenge de l’Idée)

C'est mon engagement pour le Zéro Déchet qui m'a amenée à faire Campus Création : depuis plusieurs années je rencontrais toujours des difficultés à allier restauration à emporter et mon mode de vie zéro déchet. J'avais envie de créer une alternative simple de contenant consigné à grande échelle. Ainsi, une équipe d'étudiants de divers domaines s'est formée autour de ce projet initial, et nous avons décidé de nous concentrer sur les pizzas, qui sont le plat le plus livré en France, avec 220 000 cartons à pizzas utilisés par jour en France, qui ne sont pas recyclables. Nous sommes arrivés à l'idée d'un contenant à pizzas pour de la livraison à domicile et vente à emporter zéro déchet, en acier inoxydable, lavable et durable dans le temps en plus d'être isotherme. Au delà de ce concours, nous sommes aujourd'hui trois à vouloir continuer cette aventure et la concrétiser : Vérane, étudiante ingénieure chimie à l'ITECH, et Victor, étudiant en master entrepreneuriat à l'IAE sont mes coéquipiers dans cette aventure entrepreneuriale. Nous avons envie de révolutionner la vente de pizzas avec nos boîtes, à commencer par celle de nos pizzerias pilotes à Lyon, qui sont volontaires pour tester notre nouveauté. La COVID nous a un peu retardés, mais cet été nous allons nous concentrer sur la réalisation des premières boîtes !

 

Comment as-tu connu le Challenge de l’Idée et qu’est-ce qui t’a poussé à participer au concours ?

J'ai décidé de nous inscrire au Challenge de l'idée car, grâce à mon statut d'étudiante entrepreneure, je reçois les mails de Beelys. Je me suis dit qu'avoir le retour d'un autre  jury sur notre idée ne serait que bénéfique pour notre futur !

 

 

 

3e prix :  Pénich'art, Une péniche qui a pour projet de transporter l'art là où on ne l'attend pas...   

Porteuse de l’idée : Louna AUDIGANE - Université Lyon 2 

L’idée en quelques lignes : https://challengeidee.fr/idee/penichart/

 

Qui se cache derrière Pénich’art ? 

Je me prénomme Louna Audigane. Je suis étudiante en troisième année de Licence d'Administration Publique à l'Université Lumière Lyon II. J'ai 20 ans. 

 

Quelle est ton idée, comment est-elle née ? 

Mon idée s'intitule Pénich'Art. Le projet est de sortir les oeuvres endormies de nos musées, pour les faire naviguer au bord de notre péniche en direction d'un public excentré des grandes villes culturelles telle que Lyon. L'art deviendrait alors nomade et plus accessible. 

 

Comment as-tu connu le Challenge de l’Idée et qu’est-ce qui t’a poussé à participer au concours ? 

J'ai connu le Challenge de l'Idée grâce à mon université qui, via les réseaux sociaux nous signalait que c'était le dernier jour pour participer. Avant cela je n'avais pas eu connaissance du Challenge de l’Idée. Mais Pénich'Art était déjà un rêve d'enfant avant de devenir une idée. Petite, j'imaginais déjà cela comme l'Arche de Noé version musée, puis mon rêve a mûri avec la découverte de la ville de Lyon et de ses péniches. 

Lors d'un cour universitaire d'entrepreneuriat j'ai pu partager ce rêve avec mon groupe d'étude qui m'a soutenue et me soutient toujours sur le choix de participer au Challenge de l’Idée. Ma participation à ce concours était pour moi l'équivalent de lancer une bouteille à la mer. Je n'avais aucune attente, du fait qu'il est de plus en plus difficile de croire en ses rêves aujourd'hui. Mais le Challenge de l'Idée vient de me donner des ailes, et je vous en remercie. 

 

 

 

4e prix : Root, Application mobile sur le principe de l'échange de boutures sur Lyon

Porteuse de l’idée : Lorène COUDRETTE - Université Lyon 2 

L’idée en quelques lignes : https://challengeidee.fr/idee/root/

 

Qui se cache derrière Root ? 

Je m'appelle Lorène Coudrette, je viens de terminer ma dernière année de licence de droit privé et j'espère intégrer un master notarial à la rentrée prochaine. Je suis une passionnée de sport (salsa, fitness, course, etc) et une passionnée de botanique. 

 

Quelle est ton idée, comment est-elle née ? 

Mon idée est de créer une application basée sur l'échange de plantes (et boutures) entre particuliers. Elle a pour but, de limiter l'impact écologique que peut avoir la production de masse de plantes vertes, de rendre l'acquisition botanique beaucoup plus économique et accessible à tous. Elle se prénomme ROOT.

 

Comment as-tu connu le Challenge de l’Idée et qu’est-ce qui t’a poussé à participer au concours ? 

J'ai connu le Challenge de l'idée sur les réseaux sociaux. En effet, sur la page Facebook de mon université, une publication proposait de participer. 

Dans le cadre de mon cursus universitaire, j'ai une matière appelée "Entrepreneuriat". Lors de ce cours je devais créer quelque chose d'innovant (un service ou un produit). C'est alors que j'ai eu l'idée de créer l'application ROOT. 

En voyant la publication "Challenge de l'idée", je me suis dit "pourquoi pas présenter l'idée que j'ai déjà peaufiner en Entrepreneuriat". Je voulais par la même occasion avoir d'autres avis concernant ROOT. 

 

 

 

5e prix : BGÖNE, Vente de masques antipollution par distributeurs automatiques              

Porteur de l’idée : Théo MANDALAS - Université Lyon 3

L’idée en quelques lignes : https://challengeidee.fr/idee/bgone/

 

Qui se cache derrière BGÖNE ? 

Je m’appelle Théo Mandalas, j’ai 22 ans et suis Villeurbannais. Après avoir suivi un cursus universitaire dans les domaines du Commerce et de la Qualité, je termine cette année un Master 2 en Management, Conseil et Conduite du changement à l’iaelyon.

J’ai toujours été motivé par l’entrepreneuriat. Pour l’anecdote, mes premières (petites) expériences entrepreneuriales remontent à mes 10 ans. Sur un jeu en ligne, j’ai mis une casquette de brocanteur et en faisant de l’achat et revente d’objets virtuels, j’ai réussi à valoriser mon compte à plusieurs milliers d’euros en quelques années. Plus tard, j’ai commencé à diffuser et à monétiser des vidéos sur internet. Puis à réaliser de l’achat-revente de produits d’occasion. Ce sont ces expériences qui m’ont encouragé à m’orienter, après mon bac, dans les domaines du commerce et de l’entreprise.

Aujourd’hui, c’est avec plaisir que, Wentian Cai (un ami) et moi, travaillons sur le projet BGÖNE en parallèle de nos études.

 

Quelle est votre idée, comment est-elle née ? 

Notre idée se décline en 3 axes :

  1. Lutter contre les conséquences de la pollution de l’air en rendant accessible, partout en ville, des masques antipollution, à l’aide de distributeurs automatiques ;
  2. Sensibiliser et mobiliser les citadins vis-à-vis des dangers de la pollution de l’air, grâce à des actions de communication originales et pédagogiques ;
  3. Œuvrer pour une meilleur qualité d’air, en investissant une partie du prix de chaque masque dans des projets environnementaux locaux.

 

Comment avez-vous connu le Challenge de l’Idée et qu’est-ce qui vous a poussé à participer au concours ? 

J’ai connu le challenge de l’idée sur recommandation de Guriana Lozano (chargée d’animation Beelys) lors d’un échange à l’incubateur Beelys. Ce qui m’a poussé à participer au Challenge de l’Idée est que j’y ai perçu une formidable opportunité pour développer mes compétences entrepreneuriales, développer mon réseau et améliorer notre concept.

 

 

 

6e prix : A toi de jouer !, Atelier éducatif par la création de jouets en matériaux recyclés              

Porteur de l’idée : Alexis MATTEI - Université Lyon 2

L’idée en quelques lignes : https://challengeidee.fr/idee/a-toi-de-jouer/

 

Qui se cache derrière “A toi de jouer!” ? 

Je m’appelle Alexis Mattei, étudiant de 22 ans en Master 2 Commerce International et Langues Appliquées à Lyon 2. Très extravertie, j’ai eu l’occasion au travers de mes études de bouger dans plusieurs pays en Asie et en Europe, et même si je suis plutôt quelqu’un de bavard, j’ai eu l’occasion de rencontrer de formidables personnes très inspirantes, qui ne cessaient jamais de me partager leurs idées et projets, aussi fous qu’ils pouvaient être, avec un énorme enthousiasme. Je pense que ce sont ces personnes et ces moments qui m’ont forgé à ne pas se priver de chercher une idée derrière toutes les petites choses qui nous entourent. 

 

Quelle est votre idée, comment est-elle née ? 

Mon idée a été pensée pour viser deux points, à savoir la responsabilité écologique ainsi que les facultés autonomes. C’est ainsi qu’après quelques brouillons, m’est venu l’idée de lier ces deux concepts à travers d’atelier créatifs destinés aux enfants, permettant la confection de jouets au travers de l’utilisation d’outils et de matériaux recyclés. 

Ces ateliers seraient mis à disposition pour les enfants dans des lieux accessibles et permettraient d’éveiller une conscience écologique ainsi qu’une valorisation du travail manuel au travers des résultats. Le jouet sera terminé comme bon semble à l’enfant, car même si un accompagnement et des paternes peuvent être suivis, la création et l’éveil d’idée restent au centre du projet !

 

Comment avez-vous connu le Challenge de l’Idée et qu’est-ce qui vous a poussé à participer au concours ? 

Mes collègues et moi-même avons pris connaissance du Challenge des idées lors d’un atelier en classe, présentant le concours en nous plongeant directement dans des exercices interactifs permettant de développer nos capacités créatrices ! C’est ce jour-là que j’ai appris qu’il n’y avait pas d’âge pour se découvrir, et que la création est une capacité qui se développe et s’entretient à travers le temps et les évènements. C’est par cette conclusion que j’ai commencé mon cheminement de pensée jusqu’à trouver l’idée que je propose avec vous.

Avoir l’opportunité ouverte de participer au concours du Challenge de l’Idée va au-delà du défi que l’on se pose à soi-même en allant le plus loin possible comme on le ferait pour un autre concours. En effet, le simple fait de participer apporte une part de satisfaction de savoir que votre idée personnelle est affichée aux yeux de tous ce qui le souhaitent et apportera à ces personnes, je l’espère, la curiosité de se dire que chacun est capable de créer du nouveau, de débloquer des timidités qui empêchent de grandes idées de germer ou encore qu’il n’y ait pas d’idée qui ne vaille pas la peine d’être partagée, seulement différente façon de le faire. Il y aura toujours une personne pour aimer, acclamer et pousser votre idée vers le haut, et j’espère que ce concours en aidera autant que possible. 

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE CHALLENGE DE L'IDEE

SITE | FACEBOOK | TWITTER